Coévolution Gène-Culture : traduction de la première partie de l'Interview de Peter Frost, PhD, par Grégoire Canlorbe

Philippe Gouillou - 14 mars 2020 - MàJ 23 mars 2020 - http://www.evopsy.com/concepts/coevolution-frost.html
Tags : Génétique, Culture, SexRatio
Différences de couleurs de peau, d'yeux, et de cheveux, inversion du sex-ratio, effets de la coévolution Gène-Culture : traduction de l'Interview de Peter Frost, PhD, par Grégoire Canlorbe publiée le 13 mars 2020 dans *American Renaissance* : Comment les Blancs ont-ils obtenu leur apparence ?

Sommaire

Version Originale

How Did Whites Get Their Appearance?. Grégoire Canlorbe. American Renaissance. March 13, 2020.

Présentation

Cette page publie la traduction de la première partie de l'interview de Peter Frost, PhD, par Grégoire Canlorbe. La traduction de la deuxième partie est en ligne : Pourquoi les groupes humains sont-ils si différents ?

Peter Frost, PhD, est un anthropologue québecois (Université de Laval) connu notamment pour ses travaux sur l'origine des variations des couleurs des cheveux et des yeux des Européens et sa collaboration avec Henry Harpending sur la co-évolution gène-culture.

En contact avec lui depuis plus de 20 ans, je l'ai souvent cité, entre autre pour ses travaux sur les conséquences génétiques du monopole de l'Etat sur la violence dans les Billets Eco 1419, et 25 publiés dans Monaco Business News.

Grégoire Canlorbe a publié de nombreuses interviews de chercheurs et de personnalités, archivées sur son site : gregoirecanlorbe.com. J'en avais déjà traduit une particulièrement intéressante pour Douance fin août 2019 : Conversation de Grégoire Canlorbe avec Michael A. Woodley of Menie, Yr. (Traduction).

La traduction ci-après a été réalisée automatiquement avec DeepL, puis relue et corrigée avec l'aide d'extraits traduits par Grégoire Canlorbe, et relue et corrigée par Peter Frost (merci de me signaler toute erreur pouvant rester).

Extraits

Les humains ont coévolué avec la culture. Le concept de coévolution gène-culture a été formulé pour la première fois par l'anthropologue Claude Lévi-Strauss : “Chaque culture sélectionne des aptitudes génétiques qui, par rétroaction, influencent la culture qui avait initialement contribué à les renforcer”. Contrairement aux autres formes de vie, nous créons notre environnement, non seulement notre environnement bâti de maisons et de routes, mais aussi les langues, les religions, les classes sociales, les moyens de subsistance, les textes oraux et écrits, les modes d'organisation de l'espace, etc. En bref, les humains créent leur environnement et doivent ensuite s'y adapter, se faisant ainsi remodeler par des choses de sa fabrication. Nous avons dirigé notre évolution.
(…)
"Ce n'est plus une conjecture. Les Juifs ashkénazes sont vraiment plus intelligents en moyenne, comme le sont probablement d'autres populations qui se sont spécialisées dans le commerce, comme les Parsis en Inde et les Igbo au Nigeria. Les Parsis présentent également des fréquences élevées de certains troubles neurologiques : neuropathie périphérique, tremblement essentiel, maladie de Parkinson et épilepsie. De tels troubles peuvent être un effet secondaire malheureux d'une forte sélection sur une courte période dans une petite population.
Ces faits sont mis en lumière à un moment où les Juifs ashkénazes disparaissent en raison d'une faible fécondité et d'un mariage exogame élevé. Les mêmes tendances expliquent leur disparition des meilleurs gagnants de l'Olympiade américaine de mathématiques, de l'examen Putnam, de l'Olympiade d'informatique et d'autres concours universitaires. Le déclin est devenu perceptible dans les années 1980 et s'est accéléré depuis. Les Parsis, eux aussi, sont en voie de disparition, avec un taux de fécondité inférieur à un enfant par femme. Il semble que l'environnement actuel soit toxique pour la survie de populations très intelligentes."

Traduction

Posté le 13 mars 2020
Grégoire Canlorbe, American Renaissance, 13 mars 2020

center

Ceci est la première partie d'une interview en deux parties.

Peter Frost est un anthropologue canadien. Son principal intérêt de recherche a été le rôle de la sélection sexuelle dans les traits humains très visibles, notamment les diverses couleurs de cheveux et d'yeux. Il s'intéresse également au métabolisme de la vitamine D chez les peuples de chasseurs du Nord et à la coévolution gène-culture, comme la pacification génétique due au monopole de l'État sur la violence (réduction de la propension à la violence personnelle).

Grégoire Canlorbe : Vous êtes surtout connu pour votre affirmation selon laquelle l'origine la plus plausible de la coloration claire de la peau des Européens est la sélection sexuelle plutôt que la sélection naturelle. Pourriez-vous nous rappeler votre argument ?

Peter Frost: Ce n'est pas seulement la peau claire. C'est aussi l'extraordinaire variété de couleurs des cheveux et des yeux. Je préfère commencer par eux parce qu'ils sont beaucoup moins explicables par autre chose que la sélection sexuelle.

Prenez la couleur des cheveux. La plupart des humains ont les cheveux noirs et un seul allèle pour la couleur des cheveux. Les Européens en ont plus de deux cents pour des couleurs allant du noir au blond. L'explication classique est simple : Lorsque les humains sont arrivés à des latitudes plus élevées, avec moins de rayonnement solaire, il y a eu moins de sélection pour les peaux foncées et, par conséquent, une accumulation d'allèles défectueux pour la pigmentation. Le nombre de couleurs de cheveux a donc augmenté comme effet secondaire.

center

Ce scénario présente deux problèmes. Premièrement, le lien génétique entre la couleur de la peau et celle des cheveux est faible. Si nous prenions tous les humains ayant des cheveux noirs, nous aurions un groupe montrant la gamme complète des couleurs de peau. Deuxièmement, des millions d'années sont nécessaires pour accumuler autant d'allèles par la relaxation de la sélection. Pourtant, l'homme moderne n'est présent en Europe que depuis à peine 45 000 ans.

Les Européens ont-ils obtenu leurs couleurs de cheveux des Néandertaliens ? Selon une étude portant sur cinq allèles pour les cheveux roux, l'un d'entre eux semble être une introgression archaïque, mais les autres sont d'origine humaine moderne. Même si l'on suppose que tous les allèles de la couleur des cheveux se sont lentement accumulés au cours de la longue existence des Néandertaliens, la chronologie est encore trop courte - tout au plus trois quarts de million d'années. De plus, même s'ils avaient tous une origine néandertalienne, il faudrait encore expliquer comment ils ont atteint leur prévalence actuelle. Les Européens ne sont aujourd'hui que 1 à 4 % Néandertaliens.

Ce n'est pas tout. La couleur des yeux s'est également diversifiée au cours de ces mêmes 45 000 ans. Ainsi, deux polymorphismes - pour la couleur des cheveux et des yeux - se sont développés en parallèle, avec des causes génétiques différentes et dans les mêmes limites de temps et d'espace. Il a dû y avoir un processus de sélection. Quelque chose a permis de préserver ces nouvelles couleurs et de les transmettre aux générations suivantes.

Ce quelque chose, à mon avis, c'est la sélection sexuelle. Elle commence lorsque trop de personnes d'un sexe doivent se disputer un trop petit nombre de personnes de l'autre sexe. Ces derniers se trouvent sur un marché d'acheteurs et peuvent choisir parmi des partenaires potentiels. À l'inverse, les “vendeurs” sont dans une position plus défavorable et doivent se promouvoir du mieux qu'ils peuvent. Ils y parviennent en attirant l'attention et en la retenant le plus longtemps possible, généralement au moyen de couleurs vives.

La sélection sexuelle est conforme à l'évolution de la couleur des cheveux et des yeux en Europe, et ce de quatre manières :

Premièrement, le modèle de couleur européen s'est développé dans un seul des deux sexes. Plus précisément, la couleur des cheveux et des yeux est plus variée chez les femmes que chez les hommes, les couleurs peu fréquentes étant plus courantes chez les femmes et les couleurs fréquentes moins courantes. Une étude de la UK Biobank a révélé que les cheveux roux sont particulièrement répandus chez les femmes, suivis des cheveux blonds et des cheveux châtains. À l'inverse, la même étude a montré que les cheveux noirs sont trois à cinq fois moins fréquents chez les femmes que chez les hommes. Les différentes couleurs des yeux sont également réparties plus uniformément chez les femmes. Ces différences entre les sexes semblent être dues à l'action des œstrogènes au cours du développement du fœtus. Une étude tchèque a montré que la forme du visage était plus féminine chez les hommes aux yeux bleus que chez les hommes aux yeux bruns, comme si un seul facteur avait féminisé à la fois la forme du visage et la couleur des yeux.

Deuxièmement, les couleurs sombres ont fait place à des couleurs plus claires, même si de nouvelles couleurs sombres auraient pu être créées. Les cheveux sont rouge carotte, pas rouge betterave. Les yeux sont bleu clair, pas bleu marine. La luminosité augmente l'impact visuel, ce qui fait que l'observateur regarde l'image plus longtemps et la garde en mémoire plus longtemps.

Troisièmement, les couleurs à large spectre ont fait place à des couleurs à spectre étroit, “pures”. Une couleur pure a relativement peu de longueurs d'onde et est limitée à une tranche étroite du spectre visible. De telles couleurs ne sont pas le fruit du hasard. Elles sont inhabituelles dans le monde naturel et servent presque toujours à attirer l'attention, soit comme une coloration d'avertissement, soit comme un moyen d'attirer un partenaire.

Quatrièmement, une couleur unique a fait place à une variété. Une couleur attire l'attention non seulement en étant lumineuse dans une étroite tranche du spectre, mais aussi en étant nouvelle. Si une couleur particulière devient trop commune, elle sera moins nouvelle et moins attrayante, et la pression de la sélection sexuelle se déplacera vers des couleurs plus inhabituelles. Une variété de couleurs coexistera donc et augmentera en nombre à mesure que d'autres apparaîtront par mutation.

Mais pourquoi la sélection sexuelle serait-elle plus forte en Europe qu'ailleurs ? Il faut garder à l'esprit que la plupart des Européens n'ont eu l'air européen que tardivement, presque à l'aube de l'histoire. Aussi tard que le Mésolithique, la peau pâle et les diverses couleurs de cheveux et d'yeux étaient confinées à la Scandinavie, aux pays baltes et à des régions plus à l'est. La plus ancienne datation des cheveux blonds remonte à 18 000 ans en Sibérie centrale. Nous savons tout cela grâce à l'ADN présent dans les restes humains. Les méthodes inférentielles situent l'apparition de la peau pâle dans le même laps de temps : Il y a 19 000 à 11 000 ans selon une équipe de recherche, et 19 200 à 7 600 ans selon une autre. C'est plus ou moins la dernière période glaciaire, et bien après que l'homme moderne soit arrivé en Europe. Comme l'a écrit un correspondant de Science  : “Cela implique que nos ancêtres européens ont eu la peau brune pendant des dizaines de milliers d'années”.

Nous avons encore besoin de plus de données, mais il semble que le phénotype européen actuel soit apparu au cours de la dernière période glaciaire, il y a environ 10 à 20 000 ans, chez les chasseurs qui habitaient les plaines s'étendant de la Baltique à la Sibérie. Leurs femmes ont été soumises à une forte sélection sexuelle pour deux raisons. Premièrement, les hommes étaient moins nombreux. Dans une société de chasseurs, la mortalité masculine augmente car les chasseurs couvrent de plus longues distances, et la distance moyenne de chasse est la plus longue dans les environnements nordiques ouverts. Deuxièmement, la polygynie était moins fréquente. Comme les hommes fournissaient presque toute la nourriture, l'effort de subvenir aux besoins d'une deuxième femme et de ses enfants était impossible pour tous, sauf pour les meilleurs chasseurs. Avec peu d'hommes polygynes, et moins d'hommes en tout, les femmes se trouvaient dans un marché difficile - trop nombreuses à se battre pour trop peu. Même une légère amélioration de l'attirance physique pouvait faire une grande différence.

Pourquoi le nouveau phénotype n'a-t-il pas survécu en Sibérie ? Tout d'abord, le climat plus froid et plus sec a fait que le nombre d'hommes est resté inférieur à celui de l'Europe, le Gulf Stream étant trop éloigné pour exercer son influence de réchauffement et d'humidification. Les effets de la sélection sexuelle n'ont donc pas pu survivre et s'accumuler autant, surtout lorsque la population s'est contractée au plus fort de la période glaciaire. D'autres humains se sont alors installés à mesure que le climat se réchauffait. Néanmoins, comme le montre l'ADN ancien, le nouveau phénotype a persisté dans le centre-sud de la Sibérie jusqu'au quatrième siècle. Sa base de population était probablement devenue trop petite pour assurer sa survie à long terme.

Question finale : Pourquoi la peau est-elle devenue tout simplement très pâle chez les Européens ? Elle n’a pas acquis une palette de couleurs comme les cheveux et les yeux. La raison peut être une différence de sexe préexistante qui a orienté la sélection sexuelle dans une direction particulière. Dans toutes les populations humaines, les filles ont la peau plus claire à l'adolescence, ce qui fait que les jeunes femmes sont sensiblement plus blanches que les jeunes hommes. Un teint clair était traditionnellement apprécié chez les femmes, qui se rendaient encore plus claires en évitant le soleil, en portant des vêtements protecteurs et en utilisant des poudres pour le visage. Cette norme de genre existe dans toutes les cultures, à une exception près, quoique importante : l'engouement des femmes occidentales pour le bronzage depuis le début du XXe siècle. Ainsi, au moins à l'époque prémoderne, les femmes plus pâles étaient préférées, et une telle préférence, dans le cadre d'une sélection sexuelle intense, finissait par drainer le pool génétique des allèles pour la peau foncée. Cela peut expliquer l'étrange peau albinos des Européens.

Cet épisode de sélection sexuelle intense a probablement fait beaucoup plus que changer la couleur des cheveux, des yeux et de la peau. Ces effets sont les plus évidents, et les plus difficiles à expliquer autrement.

D'autres effets pourraient inclure des changements dans la forme des cheveux. À l'origine, la forme des cheveux était épaisse et droite dans le nord de l'Eurasie. Elle s'est ensuite diversifiée en Europe au cours de la même période étroite qui a vu la couleur des cheveux et des yeux se diversifier. D'épais et raides, ils sont devenus fins avec des textures diverses. Environ 45 % des Européens ont aujourd'hui les cheveux raides, 40 % les cheveux ondulés et 15 % les cheveux bouclés. La cause en est probablement le même désir de nouveauté qui a créé la palette de couleurs des cheveux et des yeux. Un effet de nouveauté a en fait été démontré dans une étude autrichienne, qui a constaté que les femmes ont tendance à changer la forme de leurs cheveux pour une forme moins courante.

center

References
Ding, Q., Y. Hu, S. Xu, C.C. Wang, H. Li, R. Zhang, et al. (2014). Neanderthal origin of the haplotypes carrying the functional variant Val92Met in the MC1R in modern humans. Molecular Biology and Evolution 31(8): 1994–2003.
Frost, P. (2006). European hair and eye color – A case of frequency-dependent sexual selection? Evolution and Human Behavior 27(2): 85–103.
Frost, P. (2014). The puzzle of European hair, eye, and skin color. Advances in Anthropology 4(2): 78–88.
Frost, P., K. Kleisner, and J. Flegr. (2017). Health status by gender, hair color, and eye color: Red-haired women are the most divergent. PLoS One 12(12): e0190238.
Gibbons, A. (2007). American Association of Physical Anthropologists Meeting: European skin turned pale only recently, gene suggests. Science 316(5823): 364.
Günther, T., H. Malmström, E.M. Svensson, A. Omrak, F. Sánchez-Quinto, G.M. Kilinç, et al. (2018). Population genomics of Mesolithic Scandinavia: Investigating early postglacial migration routes and high-latitude adaptation. PLoS Biol 16(1): e2003703.
Kleisner, K., L. Priplatova, P. Frost, and J. Flegr. (2013). Trustworthy-looking face meets brown eyes. PLoS One 8(1): e53285.
Mittnik, A., C-C. Wang, S. Pfrengle, M. Daubaras, G. Zarina, F. Hallgren, et al. (2018). The genetic prehistory of the Baltic Sea region. Nature Communications 9(442).
Morgan, M.D., E. Pairo-Castineira, K. Rawlik, O. Canela-Xandri, J. Rees, D. Sims, A. Tenesa, and I.J. Jackson. (2018). Genome-wide study of hair colour in UK Biobank explains most of the SNP heritability. Nature Communications 9: 5271

Grégoire Canlorbe : En parlant de sélection sexuelle et de couleur de peau, les relations mixtes sont de plus en plus fréquentes en France et dans d'autres pays occidentaux. Les femmes européennes sont attirées par les hommes africains, et les hommes européens par les femmes d'Asie de l'Est. Comment résumer les tendances bioculturelles qui sous-tendent ces préférences ?

Peter Frost: Commençons par le marché du mariage dans les pays occidentaux. Jusqu'aux années 1980, les femmes célibataires étaient plus nombreuses que les hommes célibataires à l'âge adulte. Aujourd'hui, c'est presque l'inverse : Les hommes célibataires sont plus nombreux que les femmes célibataires jusqu'à la cinquième décennie de la vie aux États-Unis et la sixième décennie au Royaume-Uni. Le déséquilibre est encore pire chez les célibataires sans enfant. Si un jeune homme veut avoir des enfants, il doit épouser une femme dans une fourchette d'âge étroite, essentiellement entre 26 et 29 ans. En dessous de cette tranche d'âge, les femmes célibataires ne se marient généralement pas ; au-dessus, la plupart sont des mères célibataires, et d'autres monteront sur le carousel aussi longtemps qu'elles le pourront et avec autant d'hommes qu'elles le pourront.

Beaucoup d'hommes cherchent donc des épouses à l'étranger. Ce n'est pas seulement un phénomène occidental. En Asie de l'Est, de plus en plus d'hommes vont aux Philippines, au Vietnam et en Indonésie pour se marier.

Pourquoi cette pénurie de femmes célibataires ? Trois raisons :

  • Une diminution de la mortalité masculine. Moins d'hommes meurent dans les guerres, les accidents de voiture et autres. La mortalité infantile a également diminué, surtout chez les garçons. Ainsi, le haut ratio de mâles à la naissance se maintient jusqu'à l'âge moyen et même jusqu'au début de la vieillesse.

  • Une augmentation de la polygynie. La déréglementation du comportement sexuel a intensifié la concurrence pour les jeunes femmes. D'une part, nous avons davantage de polygynie en série, c'est-à-dire qu'un homme plus âgé divorce et se remarie avec une femme plus jeune. D'autre part, nous avons plus de “poly-amour”, c'est-à-dire qu'un homme monopolise l'accès sexuel à plus d'une femme à la fois.

  • Une augmentation de l'immigration, accompagnée des changements dans sa composition. Les immigrés sont de plus en plus des jeunes hommes célibataires, comme ceux de la marche du million d'hommes d'Angela Merkel.

Il s'agit d'un changement radical, mais peu de gens en parlent. L'une des raisons est que les femmes âgées dominent le discours sur le mariage, en particulier dans les classes intellectuellement et politiquement engagées [chattering classes]. Une autre raison est que les baby-boomers se souviennent d'une autre époque et refusent de croire que les choses ont changé. Enfin, les jeunes hommes perdent la face s'ils admettent qu'ils échouent avec les femmes. Ils mentent donc, non seulement aux autres mais aussi à eux-mêmes. La réalité est qu'un jeune célibataire typique n'a pas de petite amie du tout, surtout après l'université, mais il n'en parle pas et la plupart des autres non plus.

Mais alors pourquoi les femmes blanches regardent-elles ailleurs alors qu'elles n'ont jamais eu autant de chances avec les hommes blancs ? S'agit-il seulement des “circonstances de la vie” ? C'est ce que les gens disent lorsqu'une question est trop personnelle… ou s'ils ne sont pas sûrs eux-mêmes. Lorsque j'ai étudié comment les enfants perçoivent les poupées de couleur différente, j'ai découvert qu'ils avaient des réponses distinctes aux différentes nuances de couleur de la peau, mais qu'ils ne pouvaient pas expliquer pourquoi. L'un d'entre eux a simplement dit : “Parce que je l'aime !”

Je pense que les adultes sont semblables à ces enfants à certains égards, mais pas à d'autres. La couleur de la peau suscite en nous des sentiments étranges que nous ne comprenons pas, tout comme les enfants ne comprennent pas beaucoup de choses. Cependant, contrairement aux enfants, nous nions ces sentiments ou en avons honte, tout comme les gens avaient autrefois honte du sexe. Et comme certains adultes d'un autre âge, nous pouvons même croire que des forces maléfiques ont implanté ces sentiments en nous.

C'est la logique dans laquelle nous sommes entraînés. Si c'est là que vous en êtes, mettez de côté vos préjugés - oui, le mot est juste - et écoutez-moi.

Les hommes sont naturellement plus sombres que les femmes, leur peau étant plus brune et plus rougeaude. De nombreuses études ont montré que nous utilisons inconsciemment ce repère visuel pour différencier les hommes des femmes. En fait, les sujets humains peuvent utiliser la teinte et la luminosité pour identifier le sexe d'un visage même si l'image est floue et ne fournit aucune autre information utile. Il existe également une dimension esthétique. Dans une étude, il a été demandé aux femmes d'optimiser l'attrait des photos de visage générées par ordinateur, de sorte qu'elles rendent les visages masculins plus sombres et plus rouges que les visages féminins.

J'ai fait deux études sur ce sujet, la première avec des enfants d'âge préscolaire. Mon assistant leur a montré à chacun une paire de poupées, l'une légèrement plus foncée que l'autre, et l'enfant a dû en choisir une. Le choix a ensuite été noté, ainsi que l'âge, le sexe, la taille, le poids, l'adiposité et la couleur de la peau (reflet de la peau sous le bras de l'enfant) de l'enfant. L'analyse a ensuite été effectuée. Le sexe n'a pas influencé le choix de la poupée. La taille, le poids et la couleur de la peau non plus. Cependant, la masse corporelle avait un effet certain chez les enfants de moins de trois ans, tout comme la graisse du triceps ajustée à la taille du corps. La graisse corporelle semblait augmenter la préférence pour la poupée la plus foncée. À ces âges, le tissu adipeux est la principale source d'œstrogènes dans le corps humain.

center

Dans ma deuxième étude, j'ai montré aux femmes plusieurs paires de photos de visages qui différaient légèrement par leur teint, et je leur ai demandé de choisir la plus agréable. Lorsque deux visages masculins étaient montrés, le visage le plus foncé était plus fortement préféré par les femmes dans les deux premiers tiers de leur cycle menstruel (rapport oestrogène/progestérone élevé) que par les femmes dans le dernier tiers (rapport oestrogène/progestérone faible). L'effet cyclique était absent si les femmes jugeaient les visages féminins ou prenaient des contraceptifs oraux. Il semble qu'un rapport oestrogène/anti-oestrogène (comme la progestérone) plus élevé entraîne une évaluation plus favorable des visages masculins plus sombres.

Ces conclusions sont étayées par une étude d'imagerie cérébrale de sujets féminins : Les femmes ont une réponse neurale plus forte aux images de visages masculins “masculinisés”, et cette réponse est corrélée avec leur niveau d'œstrogènes tout au long du cycle menstruel. Les auteurs de l'étude avaient masculinisé les visages en les rendant plus sombres et plus robustes.

En résumé, la teinte et la luminosité de la peau humaine sont inconsciemment traitées par l'esprit humain comme un indice visuel pour la reconnaissance du sexe et, apparemment, à des fins connexes allant de l'attraction sexuelle à la distanciation émotionnelle et à la préparation à une éventuelle rencontre agressive.

Mais il y a plus que la couleur de la peau. Dans les relations entre femmes blanches et hommes noirs, comme dans toutes les relations sexuelles, la clé n'est pas seulement ce que la femme ressent au départ, mais aussi la persistance de l'homme. Les hommes noirs ont tendance à être plus disposés à essayer, essayer et essayer encore. Ce type de personnalité n'est pas le fruit du hasard - il est issu d'une société polygyne dans laquelle les hommes doivent rivaliser davantage pour trouver des partenaires. Comme les femmes d'Afrique subsaharienne produisent traditionnellement la majeure partie de la nourriture, grâce à l'agriculture pratiquée toute l'année, un homme peut plus facilement subvenir aux besoins de sa seconde épouse et de ses enfants, ce qui fait que 20 à 50 % des mariages sont polygynes. Comme de nombreux hommes prenaient plus que leur juste part, la concurrence pour les femmes était plus intense. Ce n'était pas le cas des chasseurs-cueilleurs, parmi lesquels l'homme et la femme contribuaient à parts égales à l'approvisionnement alimentaire de la famille. Leur taux de polygynie était plus faible et la concurrence entre les hommes était moins forte.

La personnalité a été étudiée chez les hommes sénégalais polygynes et monogames. Les hommes polygynes étaient plus extravertis que les monogames, étant plus sociables, plus assertifs et plus dominants émotionnellement. De même, les niveaux de testostérone étaient plus élevés chez les hommes polygynes que chez les hommes monogames jusqu'à l'âge de 30 ans. Après 45 ans, la tendance s'est inversée, les hommes monogames ayant des taux plus élevés. Il est intéressant de noter que les mêmes tendances d'âge sont observées chez les Afro-Américains et les Euro-Américains. Les niveaux de testostérone sont plus élevés chez les garçons afro-américains que chez les garçons euro-américains dès l'âge de 5 à 9 ans. La différence est la plus importante pendant l'adolescence et le début de l'âge adulte, puis elle se réduit à zéro après 24 ans.

La polygynie favorise non seulement une personnalité extravertie, mais aussi l'agressivité et la robustesse physique. C'est ce qu'a révélé une étude comparative de deux peuples d'Afrique de l'Est : les Datoga polygynes et les Hadza monogames. Les hommes Datoga étaient plus agressifs que les hommes Hadza sur tous les plans : agression physique, agression verbale, colère et hostilité. Ils étaient également plus grands et plus robustes. Enfin, les deux groupes se différenciaient au niveau du gène du récepteur des androgènes, les Datoga polygynes ayant plus souvent un allèle qui était corrélé chez les hommes à l'agressivité et au nombre d'enfants engendrés. Ainsi, par un processus de coévolution gène-culture, une culture très polygyne a produit un type d'homme différent, tant mentalement que physiquement. Il est utile de citer l'étude pour comprendre les différents environnements culturels :

Il y a une attitude négative envers l'agression chez les Hadza mais pas chez les Datoga. Dans les situations d'agression potentielle, les Hadza préfèrent partir. En revanche, l'agressivité est un instrument de contrôle social - tant au sein de la famille que dans les relations hors groupe - dans la société des Datoga. Les hommes Datoga sont entraînés à se faire concurrence et à agir de manière agressive dans des circonstances particulières.

Ce phénotype masculin peut réussir sur le plan personnel, mais sur le plan sociétal, il réussit moins bien. Il crée des problèmes qui ne peuvent être résolus qu'au prix de la création d'autres problèmes.

C'est ce qui s'est passé en Afrique subsaharienne. Les femmes mariées étant rares, la société a donné la priorité aux hommes âgés. Les jeunes hommes ne pouvaient pas se marier, alors ils faisaient des raids sur les peuples voisins pour en prendre des femmes. Les rafles prenaient également des hommes, dont on se débarrassait en les vendant comme esclaves. Les marchés locaux devenaient surchargés, et le surplus allait aux acheteurs plus éloignés. Les acheteurs plus éloignés sont devenus dépendants de la main-d'œuvre esclave, alors ils ont fait pression pour obtenir plus d'esclaves et se sont directement impliqués dans le trafic.

Dès le début, les Africains ont été complices de la traite des esclaves en raison des contradictions d'une société polygyne. Avec le temps, la toile de la complicité s'est étendue au-delà de l'Afrique et a enchevêtré des sociétés de plus en plus lointaines, finissant par modifier leur développement historique.

Il y a également eu des impacts à long terme là où tout a commencé. La même polygynie qui a créé des esclaves pour l'exportation a également freiné le progrès au-delà d'un certain niveau. Le progrès exige la paix. L'État impose un monopole sur la violence, et les gens peuvent se concentrer sur d'autres choses. Cela ne s'est jamais produit dans la plupart des pays d'Afrique subsaharienne.

Dans l'ensemble, le niveau collectif ne ressemble guère au niveau individuel. Au niveau de la société, la monogamie est une stratégie gagnante. Elle surpasse la polygynie en créant des sociétés pacifiques et productives. Sur le plan personnel, c'est une stratégie perdante. Les hommes monogames sont chassés du marché des célibataires. Ils ne peuvent pas rivaliser. On a tenté d'égaliser les chances en apprenant aux gentils garçons comment faire le “Game”, c'est-à-dire comment séduire et draguer les femmes. Si ça marche, tant mieux. Mais pour la plupart d'entre eux, le Game ne correspond pas à leur type de personnalité. Le Game repousse trop loin et pour trop longtemps leur limite de plasticité phénotypique. Même s'ils pouvaient l'apprendre, ils auraient du mal à tenir le coup pendant des années et des années.

L'interview se poursuit ci-dessous…

Références
Alvergne, A., M. Jokela, C. Faurie, and V. Lummaa. (2010). Personality and testosterone in men from a high-fertility population. Personality and Individual Differences 49: 840–844.
Alvergne, A., M. Jokela, and V. Lummaa. (2010). Personality and reproductive success in a high-fertility human population. Proceedings of the National Academy of Sciences 107: 11745–11750.
Alvergne, A., C. Faurie, and M. Raymond. (2009). Variation in testosterone levels and male reproductive effort: Insight from a polygynous human population. Hormones and Behavior 56: 491–497.
Butovskaya M.L., O.E. Lazebny, V.A. Vasilyev, D.A. Dronova, D.V. Karelin, A.Z.P. Mabulla, et al. (2015). Androgen receptor gene polymorphism, aggression, and reproduction in Tanzanian foragers and pastoralists. PLoS ONE 10(8): e0136208.
Carrito, M.L., I.M.B. dos Santos, C.E. Lefevre, R.D. Whitehead, C.F. da Silva, and D.I. Perrett. (2016). The role of sexually dimorphic skin colour and shape in attractiveness of male faces. Evolution and Human Behavior 37(2): 125–33.
Dupuis-Roy, N., I. Fortin, D. Fiset, and F. Gosselin. (2009). Uncovering gender discrimination cues in a realistic setting. Journal of Vision 9(2): 10, 1–8.
Frost, P. (1989). Human skin color: the sexual differentiation of its social perception. Mankind Quarterly_30: 3–16.
Frost, P. (1994). Preference for darker faces in photographs at different phases of the menstrual cycle: Preliminary assessment of evidence for a hormonal relationship. Perceptual and Motor Skills 79(1): 507–14.
Frost, P. (2011). Hue and luminosity of human skin: a visual cue for gender recognition and other mental tasks. Human Ethology Bulletin 26(2): 25–34.
Frost, P. (2015a). Young, male, and single. _The Unz Review
, June 27.
Frost, P. (2015b). The contradictions of polygyny. The Unz Review, October 31.
Glowsky, D. (2007). Why do German men marry women from less developed countries? SOEP papers on Multidisciplinary Panel Data Research #61. http://www.dix.de/soeppapers
Ni Bhrolchain, M. and W. Sigle-Rushton. (2005). Partner supply in Britain and the U.S. Estimates and gender contrasts. Population 60: 37–64.
Pedersen, F.A. (1991). Secular trends in human sex ratios: Their influence on individual and family behavior. Human Nature 2: 271–291.
Rupp, H.A., T.W. James, E.D. Ketterson, D.R. Sengelaub, E. Janssen, and J.R. Heiman. (2009). Neural activation in women in response to masculinized male faces: mediation by hormones and psychosexual factors. Evolution and Human Behavior 30(1): 1–10.
Russell, R., P. Sinha, I. Biederman, and M. Nederhouser. (2006). Is pigmentation important for face recognition? Evidence from contrast negation. Perception 35: 749–759.

Grégoire Canlorbe : Vous contestez l'idée que la nature biologique de Homo sapiens a été essentiellement conçue pendant la phase de chasseurs-cueilleurs d'environ deux millions et demi d'années qui s'est terminée avant le point culminant de la dernière période glaciaire (et qui est communément appelée “environnement d'adaptation évolutive”).

Peter Frost: Cette idée a d'abord été contestée par des meilleurs que moi, à savoir John Hawks, Henry Harpending et Greg Cochran. Grâce à une étude génomique, ils ont montré que l'évolution génétique humaine s'est accélérée au centuple il y a environ 10 000 ans, lorsque la chasse et la cueillette ont fait place à l'agriculture. À cette époque, nous nous étions déjà répandus dans le monde entier, de l'équateur à l'Arctique. Nous ne nous adaptions plus à un seul environnement naturel ni même à plusieurs environnements naturels. Nous nous adaptions à des environnements de plus en plus culturels.

Les humains ont coévolué avec la culture. Le concept de coévolution gène-culture a été formulé pour la première fois par l'anthropologue Claude Lévi-Strauss : “Chaque culture sélectionne des aptitudes génétiques qui, par rétroaction, influencent la culture qui avait initialement contribué à les renforcer”. Contrairement aux autres formes de vie, nous créons notre environnement, non seulement notre environnement bâti de maisons et de routes, mais aussi les langues, les religions, les classes sociales, les moyens de subsistance, les textes oraux et écrits, les modes d'organisation de l'espace, etc. En bref, les humains créent leur environnement et doivent ensuite s'y adapter, se faisant ainsi remodeler par des choses de leur fabrication. Nous avons dirigé notre évolution.

center

Le rythme rapide de notre évolution génétique s'est poursuivi jusqu'à l'époque de l'histoire. Pensez-y : au cours des 10 000 dernières années, il y a eu plus de changements génétiques qu'au cours du million précédent. L'évolution humaine n'est pas une ligne droite, mais une courbe exponentielle, la plupart des éléments intéressants étant concentrés dans les derniers segments. Si vous pouviez rencontrer un humain archaïque, vous penseriez que c'est un grand singe. Les peuples Toungouses de Sibérie racontent des histoires sur les “hommes-singes” qui vivaient autrefois dans les montagnes. À l'exception peut-être du macaque japonais, la Sibérie n'a jamais eu de singes, mais seulement une forme d'humain archaïque que certains taxonomistes placent dans notre genre et d'autres dans notre espèce.

Tout cela est en contradiction avec les idées antérieures. On pensait autrefois que l'évolution génétique prenait de plus en plus de retard à mesure que la culture devenait de plus en plus complexe. C'est le raisonnement qui sous-tend “l'environnement de l'adaptation évolutive” - un lieu et une époque du Pléistocène où la nature humaine a pris sa forme actuelle. Depuis lors, il n'y aurait pas eu suffisamment de temps pour créer de nouveaux mécanismes mentaux à partir de rien. Mais qui dit que de nouveaux mécanismes doivent être créés ? Il suffit de modifier les mécanismes existants. Une seule mutation sur un seul gène régulateur peut modifier le fonctionnement de milliers d'autres gènes. En fait, l'évolution humaine implique principalement des modifications des mécanismes existants, en particulier ceux qui contrôlent la vitesse, le moment et la durée du développement.

Ces points sont connus des fondateurs de la psychologie évolutioniste, John Tooby et Leda Cosmides, mais ils parlent toujours du Pléistocène comme étant le point final de l'évolution humaine. Ce n'est pas qu'ils n'aiment pas renoncer à une idée qui leur tient à cœur depuis longtemps. En fait, ils n'en ont jamais été sûrs, et n'ont jamais considéré qu'elle était à la base de la psychologie évolutioniste. Le “fondement” est simplement l'idée que notre mode de vie actuel ne correspond pas à notre constitution génétique, qui est une adaptation à des environnements passés. Mais ces environnements passés n'ont pas besoin de remonter jusqu'au Pléistocène. Ce dernier détail a commencé comme une supposition et est devenu un article de foi par nécessité.

C’est comme la présidence de Donald Trump. John Tooby et Leda Cosmides ont erré dans le désert et ont subi de nombreux abus avant d'obtenir finalement des postes universitaires sûrs… à un prix : “Vous voulez vous essayer au déterminisme biologique ? D'accord, faites-le si vous le devez, mais ne touchez jamais au troisième rail1 ! Est-ce que c'est clair ?” L'évolution humaine a donc dû s'arrêter à la fin du Pléistocène.

Certains universitaires ont touché le troisième rail, l'un d'entre eux étant Henry Harpending. On lui a dit à plusieurs reprises d'arrêter, subtilement au début, puis pas si subtilement. En 2015, le Southern Poverty Law Center a ajouté son nom à sa liste publiée d'“extrémistes”. Un an plus tard, il est mort d'une infection au SARM2 alors qu'il était à l'hôpital. Un accident, je suppose.

L'interview se poursuit ci-dessous…

Références
Cochran, G. and H. Harpending. (2010). The 10,000 Year Explosion: How Civilization Accelerated Human Evolution, New York: Basic Books.
Frost, P. (2012). The ‘monkey people’ we once knew. Evo and Proud, March 24.
Harpending, H., and G. Cochran. (2002). In our genes. Proceedings of the National Academy of Sciences (USA) 99: 10–12.
Hawks, J., E.T. Wang, G.M. Cochran, H.C. Harpending, and R.K. Moyzis. (2007). Recent acceleration of human adaptive evolution. Proceedings of the National Academy of Sciences (USA) 104: 20753–20758.
Lévi-Strauss, C. (1971). Race et culture, conférence de Lévi-Strauss à L’UNESCO le 22 mars 1971. [PDF]

Grégoire Canlorbe : Un cas de coévolution de la culture génétique que vous aimez souligner est celui de la forte incidence du trouble neurologique Tay-Sachs chez les Canadiens français de l'Est du Québec ou chez les Juifs ashkénazes. Pourriez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Peter Frost: Les Juifs ashkénazes ont des fréquences élevées de quatre troubles de stockage lycosomaux : Tay-Sachs, Gaucher, Niemann-Pick, et la mucolipidose de type IV. Les quatre affectent le cerveau en augmentant la capacité des lysosomes à stocker les composés sphingolipidiques pour la croissance et la ramification des axones. Chaque trouble peut avoir de multiples causes sans rapport les unes avec les autres. Les juifs ashkénazes présentent deux mutations indépendantes avec la maladie de Tay-Sachs et cinq mutations indépendantes avec la maladie de Gaucher. Comme l'a écrit Jared Diamond : “En effet, la foudre a frappé les lysosomes juifs non pas une fois, ni trois fois, mais au moins huit fois”.

Ces mutations se sont apparemment propagées grâce à l'avantage des hétérozygotes. Elles sont nocives à l'état homozygote, avec deux copies des deux parents, mais sont utiles à l'état hétérozygote beaucoup plus courant, avec une seule copie d'un parent. Dans le second état, le cerveau est mieux alimenté en sphingolipides et ne subit aucun effet néfaste. Il en résulte une meilleure rétention et un meilleur traitement de l'information, c'est-à-dire une plus grande intelligence.

Encore une fois, je suis en retard à la fête. Jared Diamond a été le premier non seulement à souligner l'impossibilité que de tels troubles soient dus au hasard, mais aussi à proposer la sélection pour l'intelligence comme cause possible. Son idée a ensuite été développée dans un article de Greg Cochran, Jason Hardy et Henry Harpending. Récemment, d'autres chercheurs ont montré que les Ashkénazes ont une fréquence plus élevée d'allèles associés à la réussite scolaire.

Ce n'est plus une conjecture. Les Juifs ashkénazes sont vraiment plus intelligents en moyenne, comme le sont probablement d'autres populations qui se sont spécialisées dans le commerce, comme les Parsis en Inde et les Igbo au Nigéria. Les Parsis présentent également des fréquences élevées de certains troubles neurologiques : neuropathie périphérique, tremblement essentiel, maladie de Parkinson et épilepsie. De tels troubles peuvent être un effet secondaire malheureux d'une forte sélection sur une courte période dans une petite population.

Ces faits sont mis en lumière à un moment où les Juifs ashkénazes disparaissent en raison d'une faible fécondité et d'un mariage exogame élevé. Les mêmes tendances expliquent leur disparition des meilleurs gagnants de l'Olympiade américaine de mathématiques, de l'examen Putnam, de l'Olympiade d'informatique et d'autres concours scolaires. Le déclin est devenu perceptible dans les années 1980 et s'est accéléré depuis. Les Parsis, eux aussi, sont en voie de disparition, avec un taux de fécondité inférieur à un enfant par femme. Il semble que l'environnement actuel soit toxique pour la survie de populations très intelligentes.

Pour revenir au sujet, les troubles du stockage lysosomal sont comme des girouettes. Ils nous indiquent la force et la direction de la sélection pour l'intelligence, mais la sélection elle-même a agi sur beaucoup plus de gènes.

De telles girouettes se retrouvent dans une autre population. Chez les Canadiens français, deux allèles de Tay-Sachs atteignent des fréquences élevées, mais seulement dans l'est du Québec, un allèle étant répandu sur la rive nord du Saint-Laurent et l'autre sur la rive sud. À Rimouski, la fréquence de l'hétérozygote est de 7,6 %, contre 4,2 % chez les Juifs ashkénazes et 0,3 % chez les Canadiens français de Montréal. L'Est du Québec présente également des fréquences élevées d'un autre trouble de stockage lysosomal : la mucolipidose de type II, qui a une fréquence hétérozygote de 2,6 % dans les régions du Saguenay et du Lac Saint-Jean, le taux le plus élevé signalé pour cette mutation.

La foudre a donc frappé les Canadiens français au moins trois fois dans la même voie métabolique, et également dans la même zone géographique. Cela aussi est étrange. Regardez les régions où les troubles du stockage lysosomal sont les plus fréquents : Charlevoix, Saguenay et Lac Saint-Jean sur la rive nord et Bas Saint-Laurent sur la rive sud. Ces régions ont historiquement eu le moins de Canadiens anglais.

Ailleurs au Québec, le clivage ethnique était d'ordre économique, les affaires étant principalement entre les mains des familles britanniques et américaines. Comme ces personnes étaient absentes dans les régions susmentionnées, le créneau commercial devait être comblé par des talents locaux. Ces personnes n'étaient pas un échantillon aléatoire. Elles possédaient des compétences en calcul, en lecture, en négociation et en planification, tout en ayant une certaine vision de la vie et le soutien des membres de leur famille. Dans une économie de marché naissante, avant la production de masse et la spécialisation de la main-d'œuvre, les hommes d'affaires et les talents commerciaux étaient nécessairement plus courants. Un cordonnier, par exemple, devait tout faire - de l'achat des matières premières à la vente du produit fini. La main-d'œuvre était sa famille, donc lui, sa femme et leurs enfants étaient ceux qui effectuaient les différentes étapes de la production : couper les peaux, teindre, coudre, assembler les pièces, etc. De toute évidence, la main-d'œuvre était également faite maison, comme le montre la fécondité plus élevée des travailleurs indépendants canadiens français à cette époque.

Un créneau était donc vacant, et des Canadiens français compétents l'ont comblé tout en ayant plus d'enfants que la moyenne. Cette fécondité plus élevée pourrait-elle expliquer la fréquence plus élevée des troubles du stockage lysosomal ? Pour que le modèle de sélection fonctionne, les hétérozygotes auraient besoin d'un avantage de 25 à 30 % en termes de succès reproducteur par rapport aux non porteurs. Cela semble trop élevé. Par contre, les mêmes régions ont vu beaucoup de gens partir pour les usines de la Nouvelle-Angleterre au cours du XIXe siècle, et ces émigrants étaient, de façon disproportionnée, des agriculteurs sans terre. Il est possible, donc, qu’un succès reproducteur moins élevé soit suffisant pour satisfaire à ce modèle.

Si je pouvais poursuivre les recherches sur le sujet, j'examinerais les généalogies des Canadiens français atteints de troubles du stockage lysosomal. Les hétérozygotes ont-ils eu plus d'enfants survivants que les non-porteurs ? Étaient-ils plus orientés vers les affaires ? La deuxième question est la plus difficile. Si un homme d'affaires possédait une ferme, il se décrirait comme un agriculteur pour le recenseur, même si son entreprise gagnait plus d'argent que sa ferme. L'idéal était de posséder des terres. En cas de problème, il pouvait vivre sur la ferme, cultiver sa propre nourriture et mener une vie normale. Si tout ce qu'il avait était une entreprise et qu'elle faisait faillite, il pouvait se retrouver à la rue.

Références
Cochran, G., J. Hardy, and H. Harpending. (2006). Natural history of Ashkenazi intelligence. Journal of Biosocial Science 38: 659–693.
Diamond, J.M. (1994). Jewish Lysosomes. Nature 368: 291–292.
Dunkel, C.S., Woodley of Menie, M.A., Pallesen, J., and Kirkegaard, E.O.W. (2019). Polygenic scores mediate the Jewish phenotypic advantage in educational attainment and cognitive ability compared with Catholics and Lutherans. Evolutionary Behavioral Sciences 13(4): 366–375.
Frost, P. (2012). Tay-Sachs and French Canadians: A case of gene-culture co-evolution? Advances in Anthropology 2(3): 132–138.
Frost, P. (2013). The Parsis. The Unz Review, April 6.
Frost, P. (2015). The Jews of West Africa? The Unz Review, July 4.
Piffer, D. (2019). Evidence for Recent Polygenic Selection on Educational Attainment and Intelligence Inferred from Gwas Hits: A Replication of Previous Findings Using Recent Data. Psych 1(1): 55–75.
Unz, R. (2012). The myth of American meritocracy. The American Conservative, November 28.

Historique des modifications

Date Historique
23 mars 2020 Ajout lien vers Partie 2 de l'interview
18 mars 2020 Intégration de nouvelles corrections par Peter Frost
15 mars 2020 Intégration des corrections par Peter Frost
14 mars 2020 1ère Mise en ligne

Notes du traducteur


  1. Le rail central qui alimente en électricité le train.  

  2. Wikipedia FR : “Le Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM) ou, en anglais : Methicillin-resistant Staphylococcus aureus (MRSA) est un Staphylococcus aureus (couramment appelé « Staphylocoque doré ») caractérisé par sa résistance à un antibiotique, la méticilline (ou méthicilline).”